La femme africaine célébrée le 31 juillet, une commémoration nécessaire

Le 31 juillet de chaque année devrait être une date inscrite en lettres d’or dans l’agenda de tous les africains en général, mais particulièrement dans celle des femmes. Cette date symbolique, qui marque la naissance d’une importante organisation féminine dans les années des indépendances de la majorité des pays Africains, est méconnue par plus d’un.

Ayant vu le jour le 31 juillet 1962 à Dar Es Salam en Tanzanie, l’Organisation Panafricaine des Femmes fut créée dans le but de contribuer à l’amélioration significative des conditions de vie de la femme africaine et à son émancipation. Toutes les femmes africaines, de tous horizons, malgré les différences ethniques et linguistiques, ont décidé d’unir leurs forces et de travailler ensemble autour de cet idéal commun. Cette journée (la JIFA) fut promulguée par les Nations Unies la même année. Cependant, c’est le 31 juillet 1974, lors du premier Congrès de l’Organisation panafricaine des femmes qui s’est tenu au Sénégal, qu’elle fut officiellement consacrée.

Très peu médiatisée, la JIFA est pourtant à l’origine de l’adoption et de la création de plusieurs protocoles et chartes contribuant à l’amélioration des droits des femmes sur le continent.

Nous pouvons citer entre autres :

  • le protocole additionnel à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples relatifs aux droits des femmes en Afrique, communément appelé « Le Protocole de Maputo », adopté le 11 juillet 2003 par l’Union Africaine à Maputo, au Mozambique et entré en vigueur en novembre 2005 ;
  • la Déclaration Solennelle pour l’Égalité de Genre en Afrique adopté par les Chefs d’État et de Gouvernement des États membres de l’Union africaine, en juillet 2004 à Addis-Abeba ;
  • la Charte africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance adopté le 30 janvier 2007 ;
  • le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux personnes âgées adopté le 31 janvier 2016 ainsi que le protocole relatif aux personnes vivant avec un handicap.

Aujourd’hui, nous devons œuvrer d’une part pour la médiatisation de cette commémoration en continuant de lutter pour réduire les disparités entre les hommes et les femmes en Afrique, mais aussi et surtout à célébrer ces braves pionnières qui, ont pour certaines donner de leurs vies pour faire bouger les lignes, d’autres part.

Connaissez-vous les femmes qui ont contribué à l’amélioration des conditions de vie la femme dans vos pays ? Nous serons heureux de vos contributions pour nos prochains articles sur le sujet.

A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.