Lève-toi, roman d’Odile Parel

Recommandation lecture de Rita Dro.
Rita Dro est journaliste indépendante, blogueuse à Droville.com, chargée de communication et présidente de l’association Notre Boîte A Livres.

“LOUCHA” pour dire non à l’excision, ordre d’Odile Parel

Quand une femme excisée atteint l’orgasme, elle peut rendre le monde meilleur. Ce dogme Odile Parel Loucha en est la preuve vivante. Il résume parfaitement la vie, le parcours et l’évolution d’une mutilée.

Dans “Lève- toi” , son roman d’à peine 40 pages c’est l’horreur, l’ignominie, l’excision et son procédé lâche chez le peuple Dan de l’ouest de la Côte d’Ivoire qui y est décrit.

Le langage dans cette œuvre est courant voir familier. Les termes sont crus. Les textes sont décousus. La ponctuation peu expressive, mal employée. Les phrases sont longues. Le suspense est mal entretenu. Mais ces faux pas d’écriture ne vous  empêcheront pas d’entendre le cri strident, le sempiternel appel à l’aide de cette fillette de 8 ans. C’est à vous fendre le cœur. Sa douleur et sa souffrance ! Elle se meurt sous la lame de ses exciseuses. Et cela avec la caution de son père et la participation active de sa mère. Ses protecteurs, ses modèles, ses parents… puis ses bourreaux.

On la tire de dessous le drap. Elle se fait jeter à terre et n’entend rien. Tout à coup on lui écarte les jambes et on coupe, on coupe… encore et encore. On la tient pour qu’elle ne se débatte pas, car elle tente en vain de s’échapper. La douleur est insupportable et crie à l’aide en vain.

HOR RI BLE !

Après ce rituel, Odile, n’est plus la même. Elle vient de perdre ses orgasmes intimes dans des conditions atroces. Elle est marquée et porte désormais une cicatrice témoin qu’elle n’hésite pas à afficher en photo dans son livre. Des séquelles psychologiques également. Le mépris de ses parents, son estime de “soi” est au plus bas niveau. Son manque de confiance est grand et permanent .

Après un, deux puis plusieurs échecs amoureux avec un divorce à la clé, son jour de gloire, son épanouissement sexuel sonne enfin. L’orgasme est atteint en 2008. La communication dans son dernier couple a participé  à cette victoire sur les mutilations génitales.

Aujourd’hui épanouie, confiante et plus sûre d’elle, Odile est prête à affronter le monde. Son expérience, son témoignage, un cas d’école, son leitmotiv, son incubateur de projets. “Loucha”, une œuvre, une ONG et demain, dans un avenir très proche se veut devenir une clinique de chirurgie réparatrice. Pour voir ce rêve devenir réalité, Odile est à pied d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.